L’entente sur les services de garde éducatifs

VIdeo.inddvoir la vidéo

Le Conseil central des Laurentides CSN entreprend la bataille et demande l’appui de la population

(Saint-Jérôme, le 29 février 2016) – Le Conseil central des Laurentides CSN constate avec déception que les compressions budgétaires de plusieurs dizaines de millions de dollars imposées par Québec dans les services de garde sont maintenues.
C’est dans ce contexte que le Conseil central organise, le mercredi 9 mars prochain, une chaîne humaine pour soutenir la campagne nationale de défense du réseau des services de garde éducatifs. La population est conviée en grand nombre à cette activité qui partira du Parc Labelle, situé au 389 Place du Curé-Labelle, à l’angle des rues Parent et St-Georges, à Saint-Jérôme, pour se rendre au Centre de santé et de services sociaux, situé au 290, rue Montigny. On demande à toutes et à tous d’apporter un objet lumineux pour témoigner de leur solidarité.

 

La chaîne humaine débute à 19 h et les membres, ainsi que les parents, enfants et citoyens y sont invités. De plus, un point de presse aura lieu à 19 h 30 au cours duquel, les présidences des syndicats prendront la parole. Il sera question notamment d’une opération d’envergure de signatures de cartes postales, qui seront déposées à l’Assemblée nationale avant la présentation du prochain budget le 17 mars.

 

À cette occasion, des dépliants seront remis aux participants afin de mieux comprendre la nature des attaques du gouvernement sur nos enfants et la qualité de leur éducation.

 

Le Conseil central des Laurentides représente plus de 2 500 syndiqué-es dans les services de garde en milieu scolaire, les centres de la petite enfance (CPE) et les responsables des services de garde en milieu familial (RSG). Le conseil central considère que l’entente conclue récemment avec l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) ne règle en rien les problèmes qui accablent le réseau des services de garde depuis des années. Il entend mettre tout en oeuvre pour forcer le gouvernement libéral à garantir l’universalité et l’accessibilité à des services de garde de qualité pour tous.

Par ailleurs, pour les CPE et les RSG, à titre d’exemple, l’entente prévoit le maintien des compressions de 73 millions de dollars, avec versement d’une allocation de transition pour l’année en cours de 41 millions de dollars pour en amoindrir les impacts sur les services. Cette entente risque d’accroître les problèmes en institutionnalisant le sous-financement et la hausse perpétuelle de la contribution parentale.

 

L’attitude du gouvernement pour tenter de dénaturer et même de démanteler le filet social que représentent les services de garde à contribution réduite au profit de garderies commerciales est inacceptable. Les parents, comme l’ensemble des travailleuses et des travailleurs en centres de la petite enfance, chez les responsables d’un service de garde en milieu familial reconnues et, en services de garde en milieu scolaire n’ont pas dit leur dernier mot.

 

Le lancement de cette vaste campagne publique d’information et de sensibilisation portant sur la nécessité de préserver et de développer le réseau des services de garde à contribution réduite, un modèle qui a fait ses preuves depuis 20 ans, a débuté le 28 février à Montréal et se poursuit à travers la province durant le mois de mars.

 

Pour information :

Maxime Larue-Bourdages, conseiller syndical
Conseil central des Laurentides CSN
450 438-4196

2016-03-09 - invitation Manif

Lien vers la page de la FSSS

Lien vers la page de la CSN