LE CISSS DES LAURENTIDES FAIT UN PAS DE PLUS VERS LA PRIVATISATION DES SERVICES PUBLICS

ma place en santé

 

Nouveau programme de soins et services en GMF

(Saint-Jérôme, le 17 septembre 2016) – Dans une communication « Infolettre » datée du 15 septembre 2016, le CISSS des Laurentides annonce le transfert d’une vingtaine de travailleuses et de travailleurs sociaux des CLSC de la région vers les cliniques privées GMF (Groupe de médecine familiale). Ce programme signifie non seulement une diminution des ressources en CLSC, mais implique que le centre d’appels Info-social 8-1-1 entièrement financé par l’argent public pourra référer les demandes vers les CLSC ou les cliniques GMF.

Centralisation des demandes : une fausse amélioration de l’accessibilité

Depuis le 5 septembre, une personne qui a besoin d’aide psychosociale doit appeler le centre Info-social 8-1-1 pour parler à un intervenant social. Au terme de l’analyse préliminaire téléphonique de la situation par l’intervenant, l’usager sera dirigé soit vers une clinique GMF, soit vers les services publics.

Il faut comprendre ici que les ressources n’ont pas été augmentées, souligne David Deschatelets, vice-président de la Fédération de la Santé et Services sociaux (FSSS-CSN), mais que les GMF bénéficieront des demandes qui leur seront référées, aux frais du réseau public. Il y a fort à parier que la pression sera grande pour préférer les GMF aux CLSC. Pour les représentants de la CSN, l’objectif est tout autre que l’amélioration à l’accessibilité. Chantal Maillé, présidente du Conseil central des Laurentides (CSN), est catégorique : « Il est clair que la centralisation des appels permettra plutôt de favoriser les références vers les GMF de manière à améliorer les statistiques des listes d’attente en CLSC. »

Un pas de plus vers la privatisation

Pour la CSN et ses représentants régionaux, ce « nouveau programme » est un pas de plus vers la privatisation des services publics. La recette est simple : diminuer les ressources des

CLSC, implanter un système qui favorise les GMF, et la table est mise pour conclure que les cliniques privées sont un succès et les CLSC inutiles, déplorent-ils.

Ils rappellent que la CSN exige d’évaluer sagement les impacts des réformes et de cesser de répondre à des impératifs financiers dictés par le gouvernement. La qualité de services en santé et services sociaux ne se réduit pas à des colonnes de chiffres.

À propos de la CSN

La CSN est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux, avec plus de 120 000 membres. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

Renseignements

Josée Chapdelaine, conseillère SAMVR Laurentides CSN, 450 712-6292

Ariane Gagné, conseillère aux communications CSN, 514 349-1300