Condition féminine

Le comité de la condition féminine du Conseil central des Laurentides

 Le comité régional de la condition féminine est formé de quatre femmes élues par les syndicats de la région lors d’une assemblée générale du Conseil central des Laurentides.

Chantal Racicot, ST de garde en milieu familial des Laurentides – CSN, responsable politique(CSN)
Anna Lauzon, SEE du CSSS de Saint-Jérôme – CSN, responsable du comité
Nancy Dontigny, Synd. du personnel du Centre du Flores
Nicole Roy, STT Centre du Flores

Ce comité se veut un outil concret permettant de mettre en lumière les discriminations et les injustices vécues par les femmes en développant des dossiers spécifiques, qui proposeront des revendications porteuses de changements concrets visant l’égalité entre les femmes et les hommes.

L’évolution de la place et du rôle des femmes dans l’histoire de l’humanité est une valse d’avancées et de reculs importants, et ce, sur une très grande période. Les femmes d’ici et d’ailleurs ont poursuivi leurs luttes. Elles ont obtenu des gains, tels que l’équité salariale, le régime d’assurance parentale, l’accès à l’égalité en emploi, la lutte contre la violence conjugale, etc. Et elles ont leur place dans la société. Mais les conditions de vie, de même que les conditions de travail et de salaire des femmes nous montrent que la lutte pour l’égalité est loin d’être achevée; que les gains ne s’obtiennent pas sans lutte et sans effort. Il n’y a rien d’acquis et la vigilance est toujours de mise afin d’éviter les reculs…

Le comité régional de la condition féminine a donc pour mandat de débattre de sujets de l’heure tels que la conciliation famille-travail-études, les emplois pour les femmes dans des secteurs majoritairement masculins, le droit à l’avortement, etc. Et ce, afin de brosser un portrait des femmes dans les milieux de travail et regarder leur situation dans la société. Et enfin, pour soutenir les luttes portées par un groupe de femmes ou une coalition régionale en mettant en œuvre des actions en appui aux grandes revendications des femmes.

C’est également le comité régional de la condition féminine qui organise et représente la CSN dans l’organisation régionale de la Journée internationale des femmes et la commémoration de la tuerie de l’École de polytechnique du 6 décembre 1989, et ce, à chaque année.