Page 9 of 9

Manifestation des cols bleus et cols blancs de Mirabel

 

Projet de loi 3

À l’occasion de la Grande cassure

 

2014-11-27 Mirabel St-Augustin 2014-11-27 Mirabel St-Janvier 2014-11-27 Ste-Thérèse

 

(Saint-Jérôme, le 27 novembre 2014) – Plusieurs dizaines de cols bleus et de cols blancs de Mirabel et de Sainte-Thérèse ont tenu hier une journée de débrayage pour manifester contre le projet de loi 3 et entamer la Grande cassure dans les relations de travail.

« Ça ne passe pas »

« À Mirabel, l’employeur a complètement stoppé les négociations, même sur le plan normatif. Il attend que le projet de loi tranche à sa place », a souligné Patrice Carle, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la ville de Mirabel (cols bleus). «Pourtant, le maire de Mirabel, Jean Bouchard, s’était prononcé pour des assouplissements au projet de loi 3. Les cols bleus et les cols blancs font aujourd’hui front commun pour indiquer au gouvernement et à la ville que ça ne passe pas » a ajouté Éric Charron, président du Syndicat des employé(es) municipaux de Mirabel (cols blancs).

« Le projet de loi 3 n’est qu’un instrument mis au service des villes pour leur permettre d’augmenter leurs revenus sur le dos des travailleuses et des travailleurs », a commenté, pour sa part, le président du Syndicat des employé-es de la ville de Sainte-Thérèse, Daniel Gauthier. Il a déclaré « Notre message au gouvernement est clair : il ne peut revenir sur des ententes passées. Nous nous sommes nous-mêmes payé ce régime de retraite, on ne l’a pas volé, et nous agissons pour le protéger. »

Pour l’occasion, les cols bleus de Gatineau organisaient également une journée de grève légale, alors que des actions de visibilité et des rassemblements de syndicats FEESP-CSN se produisaient dans plus de 30 autres villes au Québec. Celles-ci se sont déroulées dans le calme.

« La Grande cassure se concrétisera de différentes façons dans les villes au Québec, selon ce que les syndicats décideront. Cela pourrait notamment passer par le boycott complet ou partiel des comités de travail ou encore par l’application stricte des conventions collectives », a expliqué le président de la Fédération des employé-es de services publics (FEESP-CSN), Denis Marcoux. Avec le projet de loi 3, il est illusoire de penser que les relations employeurs-travailleurs resteront au beau fixe », a-t-il ajouté.

Pour tous les représentants syndicaux, l’indignation ne diminue pas face au projet de loi 3. Ils entendent coûte que coûte résister aux agressions de ce gouvernement jusqu’au bout et leurs membres participeront bien entendu à la grande manifestation de samedi 29 novembre à Montréal, 13 heures, Place du Canada.

 

 

 

Année 1978

1978

h02

Le Conseil Central organise le 8 mars en mettant l’accent sur les femmes en lutte à la Commonwealt Plywood et à l’aide juridique.

Arrestation de 85 personnes sur la ligne de piquetage à la Commonwealt Plywood. La grève dure depuis un an.