Page 3 of 9

L’argent du public au service du privé…

2016-05-06 Activité Deux-Montagne 2

 

logo_fsss

Le ministre de la Santé n’a jamais eu l’aval de la population!

 

(Saint-Eustache, 6 mai 2016) – Le Syndicat des employé(es) du CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes – CSN a tenu aujourd’hui une manifestation afin de dénoncer l’annonce faite par le ministre de la Santé quant à la création de 50 super-cliniques d’ici 2018. Une centaine de travailleuses et travailleurs se sont rassemblés devant le CLSC J.O. Chénier pour informer la population sur les dangers de cette nouvelle réforme.

 
Ils ont fait valoir que ce déplacement du personnel vers les Groupes de médecine de famille (GMF) qui sont d’abord des cliniques privées, se fera, encore une fois, au détriment de la population qui se verra dorénavant imposer certains frais pour des services dispensés gratuitement au CLSC.

 
« Au lieu de miser sur ce qui existe déjà dans le réseau public, entre autres le CSLC J.O. Chénier, le gouvernement se tourne vers le secteur privé avec pour objectif de supposément améliorer l’accès aux soins de santé. Mais il est clair que le gouvernement a choisi d’imposer coûte que coûte son virage vers la privatisation », dénonce le président du Syndicat des employé(es) du CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes – CSN, Dominic Presseault.

 
Il faut savoir, explique M. Presseault, que lorsqu’une personne travaillant dans un GMF sera absente, la clinique aura priorité sur le secteur public pour la remplacer, et ce, au détriment des services offerts par les CLSC. De plus, les médecins propriétaires de ces cliniques privées auront droit jusqu’à 40 000$ d’argent public pour financer leur mise en place.
«Lorsque le ministre Barrette ne se cache même plus auprès de la population pour utiliser les employé-es du secteur public comme locomotive du secteur privé, nous pouvons constater qu’il ne fait pas le travail pour lequel il a été élu. Ce gouvernement n’a pas le mandat de la population pour faire un virage vers la privatisation, encore moins d’affaiblir le secteur public pour y arriver », dénonce David Deschatelets, vice-président de la région Laurentides-Lanaudière à la FSSS-CSN.

 
De son côté, la présidente du Conseil central des Laurentides, Louise Jetté, déclare qu’il s’agit d’une nouvelle preuve que le ministre Barrette n’est pas au service de la population, mais plutôt, encore une fois, aux services des médecins et du secteur privé, qui sera le seul gagnant de cette nouvelle réforme. « La population commence déjà à ressentir les effets de la Loi 10 sur la qualité et l’accessibilité aux services de santé et aux services sociaux dans le secteur public. Il serait temps que le ministre de la Santé prenne ses responsabilités et regarde ce qui se passe sur le terrain pour constater les effets néfastes de sa réforme plutôt que de tout gérer à partir de son bureau à Québec. »

 
Nous nous sommes donné des services publics, car nous croyons à l’égalité des chances au Québec et le virage vers la privatisation est complètement à l’opposé de ce pour quoi la population se bat depuis des dizaines d’années, conclut le président du syndicat. La population est invitée à signer la pétition en ligne lancée par la CSN qui réclame un moratoire sur le transfert des professionnels. https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-6033/index.html

 
Le Syndicat des employé(es) du CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes – CSN est affilié à la FSSS-CSN qui représente près de 130 000 membres, ce qui en fait la plus grande organisation syndicale dans le réseau de la santé et des services sociaux et au Conseil central des Laurentides qui regroupe quelque 16 000 membres.

 

2016-05-06 Activité Deux-Montagne 1
Pour information :
Dominique Presseault, président
Syndicat des employé(es) du CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes – CSN
450 473-6811 poste 42035

L’entente sur les services de garde éducatifs

VIdeo.inddvoir la vidéo

Le Conseil central des Laurentides CSN entreprend la bataille et demande l’appui de la population

(Saint-Jérôme, le 29 février 2016) – Le Conseil central des Laurentides CSN constate avec déception que les compressions budgétaires de plusieurs dizaines de millions de dollars imposées par Québec dans les services de garde sont maintenues.
C’est dans ce contexte que le Conseil central organise, le mercredi 9 mars prochain, une chaîne humaine pour soutenir la campagne nationale de défense du réseau des services de garde éducatifs. La population est conviée en grand nombre à cette activité qui partira du Parc Labelle, situé au 389 Place du Curé-Labelle, à l’angle des rues Parent et St-Georges, à Saint-Jérôme, pour se rendre au Centre de santé et de services sociaux, situé au 290, rue Montigny. On demande à toutes et à tous d’apporter un objet lumineux pour témoigner de leur solidarité.

 

La chaîne humaine débute à 19 h et les membres, ainsi que les parents, enfants et citoyens y sont invités. De plus, un point de presse aura lieu à 19 h 30 au cours duquel, les présidences des syndicats prendront la parole. Il sera question notamment d’une opération d’envergure de signatures de cartes postales, qui seront déposées à l’Assemblée nationale avant la présentation du prochain budget le 17 mars.

 

À cette occasion, des dépliants seront remis aux participants afin de mieux comprendre la nature des attaques du gouvernement sur nos enfants et la qualité de leur éducation.

 

Le Conseil central des Laurentides représente plus de 2 500 syndiqué-es dans les services de garde en milieu scolaire, les centres de la petite enfance (CPE) et les responsables des services de garde en milieu familial (RSG). Le conseil central considère que l’entente conclue récemment avec l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) ne règle en rien les problèmes qui accablent le réseau des services de garde depuis des années. Il entend mettre tout en oeuvre pour forcer le gouvernement libéral à garantir l’universalité et l’accessibilité à des services de garde de qualité pour tous.

Par ailleurs, pour les CPE et les RSG, à titre d’exemple, l’entente prévoit le maintien des compressions de 73 millions de dollars, avec versement d’une allocation de transition pour l’année en cours de 41 millions de dollars pour en amoindrir les impacts sur les services. Cette entente risque d’accroître les problèmes en institutionnalisant le sous-financement et la hausse perpétuelle de la contribution parentale.

 

L’attitude du gouvernement pour tenter de dénaturer et même de démanteler le filet social que représentent les services de garde à contribution réduite au profit de garderies commerciales est inacceptable. Les parents, comme l’ensemble des travailleuses et des travailleurs en centres de la petite enfance, chez les responsables d’un service de garde en milieu familial reconnues et, en services de garde en milieu scolaire n’ont pas dit leur dernier mot.

 

Le lancement de cette vaste campagne publique d’information et de sensibilisation portant sur la nécessité de préserver et de développer le réseau des services de garde à contribution réduite, un modèle qui a fait ses preuves depuis 20 ans, a débuté le 28 février à Montréal et se poursuit à travers la province durant le mois de mars.

 

Pour information :

Maxime Larue-Bourdages, conseiller syndical
Conseil central des Laurentides CSN
450 438-4196

2016-03-09 - invitation Manif

Lien vers la page de la FSSS

Lien vers la page de la CSN

Comité d’accueil du Front commun pour le ministre Barrette

(Saint-Jérôme, le 24 novembre 2015) – Alors que le ministre de la santé et des services sociaux, le Dr Gaétan Barrette, était de passage à Mont-Laurier, pour une activité organisée par l’Association du Parti libéral dans Labelle, vendredi soir dernier, quelque 250 membres du Front commun ont manifesté afin de dénoncer l’attitude méprisante de Martin Coiteux à leur égard et de revendiquer que le ministre rappelle à l’ordre le président du Conseil du trésor.

« Le Front commun a posé un geste significatif en déposant une contre-proposition responsable, car nous souhaitons obtenir un règlement négocié à la satisfaction de nos membres, a expliqué, à cette occasion, le secrétaire-trésorier du Conseil central des Laurentides, Eric Céré. L’annonce à peine finie, le ministre Coiteux la décriait déjà, accusant les leaders syndicaux de tous les maux. Une telle attitude ne fait que rajouter de l’huile sur le feu et n’aide en rien le processus de négociation. Nous demandons au ministre Barrette de ramener son collègue du Conseil du trésor à la raison. »

« Nous voulons rappeler au ministre que notre priorité est de négocier une convention collective pour les travailleuses et les travailleurs du secteur public. Nous croyons que cela devrait aussi être celle du gouvernement. Il s’est plutôt empressé de réagir de manière virulente en minimisant l’importante du geste posé par le Front commun avec sa contre-proposition et a carrément dénaturé certains aspects de celle-ci. Une réaction, rappelons-le, aucunement représentative des discussions qui avaient lieu au même moment à la table de négociation, a fait valoir la vice-présidente de la FSSS pour la région des Laurentides et de Lanaudière, Hélène Lavoie. Martin Coiteux doit mettre de côté son mépris et faire enfin preuve de bonne foi et d’ouverture à la table de négociation ».

« La balle est maintenant dans le camp du ministre. Nous exigeons de sérieuses avancées aux tables de négociation, sans quoi le report de nos journées de grève pourrait être de courte durée. Au cours des prochains jours et des prochaines semaines, nous suivrons à la trace les représentants du Parti libéral du Québec dans notre région pour le leur rappeler », conclut madame Hélène Lavoie.

À propos
Le Front commun regroupe le Secrétariat intersyndical des services publics (SISP, formé de la CSQ, du SFPQ et de l’APTS), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ). Ensemble, ces organisations représentent plus de 400 000 travailleuses et travailleurs des réseaux de la santé et des services sociaux, de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la fonction publique du Québec. Les conventions collectives du secteur public sont échues depuis le 31 mars 2015.

 

2015-11-20 Activité Mont-Laurier IMG_2898