Page 4 of 20

Une victoire pour le syndicat

Salubrité à l’Hôpital Saint-Eustache

 

 

Saint-Eustache, le 27 juillet 2016 – Mardi dernier, la direction du CISSS des Laurentides a annoncé sa décision de reporter, voire d’annuler, les abolitions de postes prévues pour le mois de septembre prochain qui allaient toucher les travailleuses et les travailleurs de la salubrité du l’Hôpital de Saint-Eustache (HSE).

« Depuis le début du mois de mai, nous avons mené une lutte contre la coupure d’une douzaine de postes à la salubrité, ce qui représente entre 10 et 16 % du personnel affecté à cette tâche primordiale. Nous sommes fiers de ce revirement de situation qui vient reconnaître la pertinence des arguments que nous avancions et de la mobilisation de nos membres depuis l’annonce de ces coupures », de préciser Dominic Presseault, président du Syndicat du CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes–CSN.

« Rappelons qu’en 2005, l’entretien ménager a été chargé de s’occuper du nettoyage et de la désinfection des civières et de l’environnement des patients qui changent de département ou qui quittent le centre hospitalier. Cette meilleure répartition des tâches a eu pour effet de libérer les préposé-es aux bénéficiaires déjà débordés par leur trop lourde tâche, tout en raccourcissant la durée de la procédure. Chaque semaine, nous nettoyons et désinfectons environ 1000 civières, chambres et espaces avoisinants en respectant les standards de salubrité les plus élevés dans notre domaine », de souligner monsieur Presseault.

« Pour nous, mais également pour le secteur de la santé et des services sociaux, il s’agit d’une excellente nouvelle. Cette décision reconnaît l’approche des bonnes pratiques en matière de salubrité qui nous dictent qu’au lieu de niveler par le bas et de couper dans les budgets, il faut valoriser les mesures qui limitent la propagation des virus et des bactéries et qui, au final, sauvent des vies. Voici un autre exemple concret qui nous démontre clairement que l’action syndicale porte fruit », de déclarer Guy Laurion, vice-président de la catégorie 2 de la Fédération de la santé et des services sociaux–CSN.

« Nous saluons cette décision qui valorise l’expertise syndicale que nous avons développée dans le réseau de la santé et des services sociaux. Cet exemple nous démontre qu’à chaque fois où l’organisation du travail est questionnée, les femmes et les hommes qui sont au front

tous les jours devraient faire partie de la réflexion et de la prise de décision », de conclure Chantal Maillé, présidente du Conseil central des syndicats nationaux des Laurentides-CSN.

En 2013, les pratiques de l’équipe de salubrité du HSE avaient été validées par Raymond Chabot Grant Thornton puis validée à nouveau par Bruno Dubreuil, conseiller et cadre Hygiène et salubrité mandaté par le ministère, dans un rapport publié le 28 mai 2015,

À propos

Le Syndicat du CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes–CSN regroupe 1150 membres affiliés à la FSSS–CSN et travaillant dans quatre installations principales. La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS), affiliée à la Confédération des syndicats nationaux (CSN), est la plus grande organisation syndicale en santé et services sociaux. Elle représente près de 130 000 membres dans toutes les régions du Québec.

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui oeuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s’engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

Service des communications de la CSN

 

Les syndicats membres de la CSN des Laurentides refusent la privatisation

Campagne Ma place en santé et services sociaux, j’y tiens!

 

(Saint-Jérôme, 25 juillet 2016) – Témoins des impacts des coupes du gouvernement dans le réseau de la santé et des services sociaux, les syndicats membres de la CSN des Laurentides participent à une campagne nationale qui dénonce les tentatives de privatisation du gouvernement.

 

2016-07-18 Antoine-Labelle

 

Depuis le début du mois de juillet, des kiosques d’information se tiennent dans divers établissements de la santé des Laurentides, du nord au sud de la région, afin de réaffirmer qu’il est faux de croire que les compressions et coupes gouvernementales n’ont pas d’impact sur les services à la population. De plus, la réorganisation précipitée préconisée par les administrations et effectuée sans réelle consultation surcharge les travailleuses et travailleurs du réseau déjà essoufflés.

1,8 milliard $ de surplus sur le dos des services publics

Le gouvernement se targue d’avoir dégagé des millions en surplus. « Faut-il rappeler que plus de 4 milliards de compressions sont le résultat des mesures d’austérité? Il n’y a pas de miracle, il y a des gens qui payent et ce ne sont pas les grandes entreprises qui pourtant bénéficient d’une main-d’oeuvre éduquée et soignée », affirme Chantal Maillé, présidente du Conseil central des Laurentides CSN.

« Il apparait clairement que la stratégie du gouvernement vise à malmener le réseau public, lui ôter ses ressources pour ensuite conclure qu’il fonctionne mal et qu’il faut référer au secteur privé. Il est inconcevable que la première option soit de permettre l’ouverture de cliniques privées à grande échelle qui profitent de la référence de médecins qui dirigent rapidement les patients vers leurs cliniques payantes, au détriment des CLSC, par exemple », ajoute-t-elle.

Partout dans les Laurentides

« Les travailleuses et travailleurs ont à coeur le réseau public et c’est pourquoi les syndicats membres de la CSN continueront de le dire », confirme la présidente. Ainsi, les syndicats des secteurs de Thérèse-de-Blainville, Deux-Montagnes, Saint-Jérôme et Antoine-Labelle ont amorcé la campagne et d’autres la poursuivront à la grandeur des Laurentides. Ils ne baisseront pas les bras et ne laisseront certainement pas le champ libre au ministre Barrette et à son gouvernement.

La population, les usagers ou bénéficiaires sont invités à consulter l’information sur le site de la campagne afin d’en connaître plus sur les conséquences des mesures gouvernementales.

https://www.csn.qc.ca/ma-place-en-sante/

Pour information : Josée Chapdelaine, conseillère syndicale 450 438-4196

http://www.nordinfo.com/Actualites/2016-07-26/article-4598581/Les-syndicats-CSN-des-Laurentides-refusent-la-privatisation%26nbsp%3B/1

 

2016-07-08 Thérèse-de-Blainville St-Jérôme 2016-07-20Deux-Montagnes 2016-07-19a Deux-Montagnes général

Coupes de postes au Service de l’hygiène et de la salubrité au CH de Saint-Eustache

Le Conseil central CSN demande au CISSS des Laurentides de reconsidérer sa décision

 

(Saint-Eustache, 15 juin 2016) – Alors que le CISSS des Laurentides s’apprête à annoncer des coupes de postes au Service de l’hygiène et de la salubrité au Centre hospitalier de Saint-Eustache, le Conseil central des syndicats nationaux des Laurentides – CSN appelle la haute direction de l’établissement à reconsidérer les conséquences d’une telle décision.

 

« Ce n’est pas la première fois que l’on questionne les sommes supplémentaires investies en hygiène et en salubrité à Saint-Eustache, rappelle la présidente de CCSNL–CSN, Chantal Maillé. Que ce soit un expert mandaté par le ministère, en 2013, ou la firme Raymond Chabot Grant Thornton, en 2015, chaque fois, on a conclu que les ressources investies étaient justifiées. Les performances globales de l’hôpital en termes de propreté et de gestion des éclosions de maladies nosocomiales sont très bonnes. Grâce à la réorganisation intervenue en 2005, le temps requis pour assurer le transfert des patients a été réduit de moitié, permettant un meilleur accès aux services pour la population. Le CISSS ne doit pas prendre une décision strictement comptable à l’aveuglette et doit mettre les résultats probants dans la balance ».

 

Le président du Syndicat des employé(e)s du CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes, Dominic Presseault, a appris récemment que la CISSS comptait couper ces postes. Il estime que le CISSS fait une mauvaise lecture de la situation lorsqu’il conclut que l’Hôpital de Saint-Eustache dépense trop en matière d’hygiène et de salubrité. « Ici, nous avons réorganisé le travail en 2005. Nos préposé-es à l’entretien ménager effectuent des tâches de désinfection et de préparation des lieux, qui ailleurs sont généralement exécutées par les préposé-es aux bénéficiaires. Ceci permet à nos préposé-es aux bénéficiaires de se consacrer davantage aux personnes qui sont hospitalisées, ce qui est précisément le travail pour lequel ils ont été formés. Si le CISSS coupe aveuglément dans l’entretien ménager, la conséquence c’est que nos préposé-es aux bénéficiaires, déjà à bout de souffle, verront leur charge de travail augmenter. Ça ne fait aucun sens », déplore-t-il.

 

Pour Chantal Maillé, le CISSS devrait carrément envisager de prendre le chemin inverse. « Les résultats sont là à Saint-Eustache. C’est incroyable de toujours devoir le répéter, mais pour nous la seule façon d’améliorer les services sans que le personnel ne croule sous des charges de travail insoutenables, c’est de revoir l’organisation du travail afin d’utiliser au maximum les compétences de chacun. J’invite la direction du CISSS à reprendre l’analyse globalement, en mettant dans la balance ce que ça coûtera de payer d’autres salarié-es pour faire un travail que peuvent parfaitement faire les spécialistes de l’hygiène et de la salubrité, ce que ça coûtera en contrats au secteur privé pour venir désinfecter les chambres en cas d’éclosions de maladies à cause de coupes en prévention, ainsi que l’inconfort pour les patients de l’Hôpital de Saint-Eustache, qui devront attendre que la préposée aux bénéficiaires surchargée ait le temps de venir préparer la chambre après le passage de l’équipe d’hygiène et de salubrité qui, elle, devra revenir une seconde fois ensuite pour terminer le travail. Peut-être qu’au final ils réaliseront que la solution serait d’instaurer partout un dialogue avec les travailleuses et les travailleurs pour rechercher de véritables solutions ».

 

Pour information : Josée Chapdelaine, conseillère syndicale 450 438-4196

 

http://www.leveil.com/Actualites/2016-07-14/article-4588053/Hygiene-a-l%26rsquo%3BHopital-de-Saint-Eustache%3A-le-depute-Charette-se-dit-indigne/1

http://www.leveil.com/Actualites/2016-06-14/article-4559616/Hopital-de-Saint-Eustache%3A-des-coupes-dans-le-Service-de-l%26rsquo%3Bhygiene-et-de-la-salubrite%3F/1